lutte-contre-cancer

 

Il n’y a certes pas de remède miracle au cancer, mais beaucoup de plantes et de sels minéraux, peuvent contribuer à réduire les cellules cancéreuses et à étouffer celles-ci. Beaucoup aujourd’hui, se dirigent, vers des solutions naturelles et font appel à la médecine douce comme la Phytothérapie ou la Naturopathie pour éviter de faire des chimiothérapies ou des radiothérapies.

 » 3 plantes pour la lutte contre le Cancer « 

          Image associée          

   Est-il possible de soigner le cancer ?

 

Je pense humblement que ceci est possible mais il faut livrer un combat sans merci contre le Cancer, certaines personnes sont arrivées à réduire le cancer et même presque à l’annihiler en se basant sur des chercheurs comme Laurent Shwartz et Thomas Zeyfried, comme le témoignage de ce malade qui a réussi à sortir d’une phase finale par un traitement assidu et drastique, il délivre ses remèdes et témoignages dans sa chaine Youtube.

Dans cet article nous n’allons pas parler de diète cétogène conseillé en phase cancéreuse ou de jeune ou d’abstention glucidique, mais plutôt de plantes qui ont un effet bénéfique sur la Maladie, cet article n’est pas issu d’un centre médicale ou scientifique mais il est basé sur la Phytothérapie et la Naturopathie.

Nous allons donc énumérer les plantes que nous avons choisi pour être les plus efficaces et adaptées à différents cancers : Cancer de la peau, Cancer du pancréas, Cancer du colon, Cancer du poumon, Cancer du foie, Cancer des os

Bien sûr, nous ne pourrons pas rentrer dans tous les détails scientifiques ou médicales sur chaque plante, mais nous essaierons de citer l’essentiel, cet article peut être un tremplin pour d’autres recherches plus poussées.

 

 

La Gomphrena globosaImage associée

 

Le cancer est un groupe de maladies caractérisées par une division incontrôlée des cellules dans une partie du corps et qui est capable d’envahir d’autres tissus ou parties du corps par le sang et le système lymphatique. Le cancer est de types différents selon l’organe ou le type de cellule dans lequel il se manifeste, comme le cancer du poumon, de l’œsophage, de l’estomac, de la bouche, du pharynx, du côlon et de la peau. Dans les pays développés, le cancer est la première cause de décès, alors que dans les pays en voie  de développement, il est la deuxième cause de décès, comme en témoigne le nombre prévu de nouveaux cas et de décès dans le monde.

1 Environ 12,7 millions de personnes souffraient du cancer et 7,6 millions en sont mortes en 2008. Le fardeau du cancer en Inde est inférieur à celui de pays développés comme les États-Unis et l’OMS a projeté une augmentation spectaculaire du cancer à 20 millions d’ici 2020, dont 70 % dans les pays en développement.

 » 3 plantes pour la lutte contre le Cancer « 

Gomphrena globosa L. est une plante comestible populaire utilisée comme colorant alimentaire et en médecine traditionnelle. Dans une étude 24 composés phénoliques et huit bétacyanines ont été déterminés par HPLC-DAD dans trois extraits différents d’inflorescences de G. globosa. La décoction présentait la plus grande quantité de composés phénoliques, le kaempférol-3-O-(6-rhamnosyl)hexoside plus le kaempférol-3-O-hexoside étant les principaux composés.

L’extrait riche en bétacyanines a montré l’isogomphrénine III et la gomphrénine III comme principaux métabolites. Des diminutions des quantités d’oxyde nitrique ont été observées dans les cellules RAW 264,7 stimulées par le LPS. Des microanalyses de piège in vitro contre plusieurs espèces réactives ont révélé une grande capacité antioxydante, en particulier contre les radicaux superoxyde. En général, les meilleurs résultats ont été obtenus avec la décoction. Certaines relations entre l’activité et la composition ont été établies. Les données fournissent des preuves du potentiel des inflorescences de G. globosa comme source de composés anti-inflammatoires, avec une pertinence pour le traitement des maladies inflammatoires aiguës ou chroniques et des antioxydants bénéfiques pour santé pour les industries alimentaire et pharmaceutique.

Basée sur les preuves pharmacologiques, la présente étude a été réalisée pour étudier l’activité anticancéreuse de l’extrait de chloroforme des parties aériennes de Gomphrena globosa contre la tumeur solide induite par Ehrlich Ascites Carcinoma (EAC). L’étude de toxicité aiguë montre que l’extrait était non toxique jusqu’à 2000 mg kg de poids corporel. L’administration de 200 ou 400 mg/ kg par voie orale chez la souris a entraîné une réduction significative du poids corporel, du volume de cellules et du nombre de cellules viables par rapport au groupe témoin EAC, et l’extrait a ramené les paramètres hématologiques et biochimiques à leur valeur normale. L’étude histologique a indiqué que le tissu endommagé a été récupéré par extraction et que le volume de la tumeur solide a été réduit de façon significative. Ainsi, les résultats révèlent une activité anticancéreuse significative de l’extrait.

Plusieurs études médicales menées depuis des années prouvent le caractère bénéfique de la Gomphrena. Pour ceux qui sont intéresser, voici le lien d’une étude médicale :http://www.jocpr.com/articles/anticancer-screening-of-gomphrena-globosa-against-ehrlich-ascites-carcinoma-in-swiss-albino-mice.pdf

 » 3 plantes pour la lutte contre le Cancer « 

Ou se procurer de la Gomphrena Globosa ?

 

 

 

La griffe de chatRésultat de recherche d'images pour "LA GRIFFE DE CHAT (uncaria tomentosa)"

 

Le cancer du sein est le néoplasme le plus fréquent chez les femmes du monde entier, tant en termes d’incidence que de mortalité. La maladie est plus fréquente dans les pays développés, son incidence la plus élevée étant observée au Royaume-Uni, en Australie, aux États-Unis et au Canada. Des tumeurs invasives, le carcinome canalaire et ses variantes représentent 80% des cas et la proportion de femmes atteintes de tumeurs aux stades cliniques I et II est passée de 41 à 65% dans la dernière décennie. Environ 70 % des cancers du sein expriment des récepteurs de l’hormone oestrogénique et/ou des récepteurs de la progestérone. Ces marqueurs ainsi que le récepteur HER-2 (c-erbB2) fournissent des informations sur la tumeur et la façon dont elle pourrait répondre à différents traitements.

La chimiothérapie est l’un des traitements recommandés pour le cancer du sein, qui peut être une thérapie unique ou combinée avec plusieurs médicaments. Les médicaments de chimiothérapie ont des indices thérapeutiques très élevés en termes d’effets toxiques non sélectifs sur les tissus normaux, la neutropénie étant l’effet indésirable le plus fréquemment observé, ce qui augmente le risque d’infections.

Les interventions pharmacologiques qui réduisent ou préviennent les effets indésirables peuvent avoir un impact important sur le traitement du cancer. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 80 % de la population utilise les plantes médicinales comme méthodes alternatives ou complémentaires pour le traitement de leurs maladies.

Des études ont fait état de l’utilisation de plantes médicinales chez des patients atteints de cancer afin de réduire au minimum les effets de la chimiothérapie. Uncaria tomentosa (griffe de chat) est une herbe médicinale qui a été utilisée dans le traitement de différentes maladies dont le cancer. Les patients qui utilisent la griffe de chat en même temps que les traitements anticancéreux traditionnels, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, ont signalé moins d’effets indésirables à ces traitements. Cette herbe participe à la restauration de l’ADN cellulaire, la prévention des mutations et des dommages cellulaires causés par les médicaments de chimiothérapie.

Il module l’activité dans le système immunitaire, comme la prolifération des lymphocytes T et B normaux, modulant également certaines cytokines, dont IL-1 et IL-6, TNF-α. De plus, il possède des propriétés antioxydantes, ses effets myélostimulants directs, par stimulation de la myélopoïèse et facteurs de stimulation du colon (G-CSF), semblent être une option bénéfique pour minimiser les risques associés à la neutropénie.

De nombreux rapports présentent une compréhension théorique des mécanismes d’action de la griffe de chat, mais aucune de ces études ne comportait d’essais cliniques. Les objectifs de cette étude s’inscrivent donc dans ce contexte, qui consistait en un essai clinique, en utilisant les comprimés d’Uncaria tomentosa Herbarium comme traitement adjuvant pour le cancer du sein.

Cancer de Phase 2 : Cette étude a évalué les effets d’une dose de 100 mg d’un extrait sec de griffe de chat, trois fois par jour sur des individus présentant des tumeurs résistantes avancées, sans autres options thérapeutiques et avec une espérance de vie d’au moins 2 mois. Nous avons utilisé les questionnaires EORTC QLQ C30 et FACIT-F pour évaluer la qualité de vie participants, le questionnaire HADS pour évaluer leur anxiété et leur dépression et l’indice de Pittsburgh (PSQI) pour évaluer leur qualité de sommeil.

De plus, plusieurs paramètres biochimiques et inflammatoires ont été analysés.

 » 3 plantes pour la lutte contre le Cancer « 

Résultats : Nous avons recruté 51 bénévoles, dont l’âge médian était de 64 ans (33 à 85 ans) et 47 % étaient des femmes. Leurs scores sur l’échelle de Karnofsky étaient égaux ou inférieurs à 80% pour plus de 65% des volontaires. Le traitement a entraîné une amélioration de la qualité de vie globale (p= 0,0411) et du fonctionnement social (p= 0,0341) des patients, selon l’évaluation de l’EORTC QLQ C-30, et une réduction de la fatigue (p= 0,0496) selon le questionnaire Chalder Fatigue.

Aucun des paramètres biochimiques ou inflammatoires évalués (interleukines 1 et 6, protéine C-réactive, facteur de nécrose tumorale alpha, vitesse de sédimentation des érythrocytes et glycoprotéine acide alpha-1) n’a subi de changements significatifs. Aucune réponse tumorale n’a été détectée selon les critères RECIST ; cependant, la maladie s’est stabilisée pendant plus de huit mois chez quatre participants. Le médicament a été bien toléré par la plupart des patients. Conclusions : Nous concluons que l’utilisation de la griffe de chat est bénéfique pour les patients atteints d’un cancer avancé car elle améliore leur qualité de vie et réduit la fatigue. Le mécanisme de cette action ne semble pas lié aux propriétés anti-inflammatoires de cette plante.

 

Ou se procurer uncaria tomentosa ?

 

 

 

Astragalus membranaceusRésultat de recherche d'images pour "Astragalus membranaceus"

 

Astragalus membranaceus est une plante médicinale majeure couramment utilisée dans de nombreuses formulations à base de plantes dans la pratique de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) pour traiter une grande variété de maladies et de troubles corporels. Parmi ses applications cliniques diversifiées, l’utilisation potentielle de cette herbe et de ses constituants chimiques dans le traitement des maladies inflammatoires et des cancers a fait l’objet d’études sérieuses ces dernières années.

Les traitements à base d’astragale ont démontré une amélioration significative contre la toxicité induite par d’autres médicaments conventionnels administrés simultanément (ex. immunosuppresseurs et agents chimiothérapeutiques anticancéreux). Les principaux composants d’Astragalus membranaceus sont les polysaccharides, les flavonoïdes et les saponines. L’utilisation contemporaine d’Astragalus membranaceus se concentre principalement sur ses effets immuno-modulateurs, antioxydants, anti-inflammatoires et anticancéreux.

 » 3 plantes pour la lutte contre le Cancer « 

Dans cet article, nous résumons les propriétés d’Astragalus membranaceus et de ses principaux constituants dans le système biologique à partir d’études expérimentales et cliniques. Les mécanismes anti-tumorigènes d’un nouvel extrait d’Astragalus, aux saponines appelé AST dans le traitement de divers cancers gastro-intestinaux sont mis en évidence. Ces études démontrent comment l’astragale et l’AST influencent le système immunitaire, modulent diverses voies de signalisation du cancer et interagissent avec des molécules de transcription spécifiques pendant la protection contre l’inflammation gastro-intestinale et les cancers. Cette information pourrait aider les cliniciens et les scientifiques à mettre au point de nouveaux agents thérapeutiques efficaces et ciblés, dépourvus d’effets secondaires systémiques majeurs, afin d’établir un meilleur schéma thérapeutique dans la lutte contre les maladies inflammatoires et les cancers de l’intestin.

L’analyse CLHP a démontré que l’extrait d’Astragalus Membranaceus contenu dans quatre types d’isoflavones, campanuline, ononine, calycosine et formononetine. Le test MTT et l’observation morphologique ont indiqué que la prolifération des cellules MCF-7, SK-BR-3 et MDA-MB-231 était inhibée par l’extrait AM de manière dose-dépendante. En outre, l’analyse cytométrique de flux a montré qu’après traitement avec 25 μgml et 50 μgml d’extrait d’astagale, l’apoptose des cellules cancéreuses du sein a été significativement augmenté par rapport à DMSO et groupe témoin à blanc (tous p < 0.05).

L’analyse Western blot a révélé que le niveau de p-PI3K, p-GS3Kβ, p-Akt et p-mTOR ont diminué de façon significative, mais que le niveau de total-mTOR a augmenté par rapport au groupe témoin DMSO.

Ou se procurer l’Astragale ?

 

 

Un commentaire sur “3 plantes pour la lutte contre le Cancer

  1. Pingback: Lycopène : Un puissant antioxydant qui prévient le cancer et préserve votre cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *